Vous avez la parole.
 Et voilà, la rentrée "déconfinée" est là ! L'année nouvelle 2020-2021, notre nouvelle année XIV, nous ouvre, vous ouvre les bras ! Nous espérons vous garder encore parmi nos lectrices attentives et lecteurs attentifs... Bonne année eurocharolaise à toutes et à tous !
 
            Nos recherches continuent et notre idée d'une belle promotion de ce Charolais historique se poursuit. Donnez-vous vos suggestions, nous en tiendrons compte, pour rester à votre écoute encore plus longtemps. Et si vous pouvez nous trouver de nouvelles lectrices et de nouveaux lecteurs, nous en serons très heureux !
 
            Nos documents de ce 14° départ, seront encore ceux qui précisent : Qui nous sommes, Où nous sommes et Ce que nous voulons.
 
            Notre site garde les couleurs des 9 pays de son G.9. Ce G.9 qui a façonné en six siècles, l'histoire exceptionnelle de notre Charolais historique, qui par le hasard des fortunes diverses de la diplomatie, nous a mis sur un podium européen unique comme le symbole imprévu de la concordance souhaitée par une grande majorité des populations européennes actuelles... Rien de moins prévisible que ces hasards qui nous ont placés ici, en position unique ! Et dire que personne n'osait l'admettre... Nous n'y sommes pour rien, c'est un fait. Absurde serait l'attitude qui voudrait l'ignorer... Tout le résumé de ces affirmations est sur le site  EUROCHAROLAIS , en direct via google. Et les noms des 350 familles aussi avec les adresses un peu masquées pour répondre à des voeux de discrétion.
 
            Nous redonnons les deux cartes de notre position sur l'Hexagone et de notre petite étendue... Environ 1600 km², soit presque le Luxembourg (2600). Et 100/120 000 hab, soit 2 fois Andorre. Nous ne sommes pas minuscules mais presque ! Et nous sommes au centre de la France, au centre de notre G.9 et même de l'Europe occidentale ! Les 3 flèches orange indiquent les 5 paroisses devenues 3 communes qui sont maintenant dans le département de l'Allier.
 
            Pas de cadeau, en ce premier message mais cela ne saurait tarder ! Et bientôt...
 
Nous parlerons de ce Charolais... qui vient de traverser la Manche à la nage (48 km) ! De ce Bressan qui entre dans la Ligue de football du Luxembourg ! Et du jeune Charollais qui gagne une étape du Figaro-bizuth, à la voile...
 
Mais encore de Rembrandt, ce peintre hollandais encore une fois, à la Une... et d'un certain Théo Jansen.
 
Et encore, de la chaîne Arte qui veut nous amener à la réflexion, à propos des grandes dates de l'Histoire...
 
Et de l'avancée de notre projet " Un PPR par commune " en Charolais historique, projet qui semble vouloir s'étendre au-delà de nos limites...
 
 
                                                                                                                Bon week-end à toutes et à tous, Chères et Chers EuroCharolais.    F.L.   Coordinateur EC.
 
 
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.

                                                   Programme pour notre An XIV.

                                                                   Sept 2020 > Eté 2021.

Comme en début d’année dernière et pour celles et ceux qui demandent des précisions, nous nous permettons quelques redites…

Nous gardons le cap défini depuis 2007 (bientôt 14 années !) et d’après vos messages, vous appréciez notre démarche et ses repères…

*Notre éthique : Expliquer à chacun, ce qui nous lie et très souvent par internet seulement. Nous ne nous connaissons pas tou.te.s mais nous correspondons encore !

EuroCharolais doit s’écrire avec 2 majuscules sans séparation ni soudure visible, c’est ainsi le premier mot de ce type et validé de la langue française, depuis 2007 ! Notre intention est de promouvoir des idées pour une Europe meilleure : plus fraternelle, plus juste. Projet trop ambitieux que nous suivons, qui nous inspire mais en toute modestie. Cette idée est devant nous car la chance a mis depuis 600 ans le Charolais au cœur de l’Europe, par la géographie, par l’Histoire de cette Europe et par notre détermination… Cette situation favorable, nous la remettons à chaque message, à chaque conférence, au premier plan. Nous n’en sommes pas les créateurs. Elle n’est pas de notre fait mais elle est bien incontestable !

*Notre motivation essentielle, autour de ce Charolais si réduit mais qui eut cette Aventure Européenne, unique en France, pour une enclave qui fut marquée peu ou prou, par 8 autres pays actuels, reste : Retrouver encore et toujours des preuves et surtout en ce fameux XVI° siècle, déjà si lointain mais assez accessible. *Notre situation si centrale en France et en Europe, réduite à sa moitié occidentale. Avec la seule carte de la RCEA, nous montrons déjà l’essentiel. Cette carte est devenue notre vecteurporteur si facile à saisir.

*Nos messages sont et resteront encore « gratuits » ! Pas de cotisation. Pas de réunion. Pas d’obligation ! Nous garderons cette option, puisqu’en 13 années, cela convient à toutes et à tous…

Nos vœux… Etre encore plus nombreux pour soutenir notre élan pour la promotion de ce Charolais si étonnant par son histoire depuis 600 ans !

Une B.D ? Après notre site en 2012, notre livre en 2014, alors pourquoi pas la sortie d’une Bande Dessinée en 2021 ou 2022 ? Le canevas, le scénario, est prêt…

Notre Véloroute sous une formule nouvelle, innovante ? Nouveau titre, nouvelles étapes, nouvelle longueur… Nous l’envisageons depuis 2015, grâce à Alain Collot et le lien si utile de son site « Véloroute du Téméraire » à enrichir.

Les Albums PPR et dédiés aux communes que nous lançons en cette rentrée… PPR soit « Petit Patrimoine Rural » en faveur de cette ruralité de chez nous que de nombreux privés de rivages lointains, ont appréciée cet été.

Un écho municipal plus large. Plus de 20 fois, des Bulletins Municipaux ont accepté de présenter les EuroCharolais et leur G.9. Nous les remercions une fois de plus et nous espérons que d’autres B.M. seront aussi accueillants, d’autant que le site de plusieurs communes affichent nos initiatives, notre dynamique.

Elargir notre audience, c’est nous renouveler si cela est nécessaire. Avoir plus de lecture, c’est très bien mais avoir plus de textes et plus d’idées à faire connaître, ce serait encore mieux : A vos plumes ou à vos claviers, Chères et Chers Amis !

 Pour garder nos habitudes, nos messages porteront des « cadeaux en .pps ou .mp4 » mais encore de préférence, des liens faciles à suivre.

                                                     Le 10 septembre 2020. F.L. Coordinateur EC.

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Chères et Chers EuroCharolais, bonjour,
 
 
            Victimes d'une fake-new ! Nous avons été trompés par une lettre de Madame de Sévigné qui semblait être tirée de sa Correspondance, si abondante, si agréable et si enrichissante à lire, pour celles et ceux qui aiment feuilleter ce XVII° siècle déjà bien éloigné mais pas si lointain !
 
            Nous sommes tombés dans un piège bien préparé... Et nous n'avons pas été les seuls ! Nous ne sommes pas allés vérifier que les années n'étaient pas les bonnes... "Pan sur le bec !" diraient les rédacteurs d'un célèbre canard (=journal)...
 
"C'était un pastiche bien tourné, lancé le 1° mai 2020, nous assure Bernadette Journot, qui ajoute : Ça n'enlève rien au caractère agréable et à la réussite de ce pastiche mais c'était tellement incroyable, cette ressemblance avec tout ce que nous avons vécu et tous les « copains » de la Marquise rassemblés comme ça en une seule lettre ! On avait envie d'y croire !"
 
            Bernadette que nous remercions. Merci encore à J-Manuel Calvo et à Marthe Gueugnon qui ont reconnu l'anomalie... Votre Coordinateur fut le "berné" de la semaine et jura et jure encore que personne ne l'y reprendra plus ! Promesse qui n'engage que lui, bien sûr... Méfiez-vous, Chères et Chers EuroCharolais... pour lui ! 
 
Alors profitons de notre négligence pour revenir en arrière...
 
            1782 à Charolles ? Vous vous souvenez nos messages de l'An dernier qui ont expliqué  que cette date qui changea Charolles, aurait été une fake-new... qui aurait été le prétexte pour moderniser la traversée (les rues) de Charolles pour un futur transfert de grosses ancres de marine... Evènement qui n'eut jamais lieu mais qui délencha la destruction des 2 tours "gênantes" du Grand Pont... Puis d'autres travaux d'urbanisme qui modifièrent le caractère très médiéval de la Cité. Et tout s'enchaîna lentement, jusqu'à l'actuelle RCEA qui nous sert sans trop nous serrer... !
 
            13 juillet 1870 ? Bismarck, Chancelier de Prusse, crée avec la dépêche (un télégramme) d'Ems (station thermale) qu'il détourne, un trouble chez l'Empereur Napoléon III. Vive réaction à cette "insulte" qui délenchera la ... Guerre Franco-Allemande de 1870-71 ! L'empereur est fait prisonnier, la guerre est perdue et l'empire français disparaît. La III° République est proclamée par Gambetta (une rue principale de Charolles...) ! Mais c'était une vraie fausse dépêche !
 
            Toutes les fake-news n'ont pas eu des conséquences aussi graves. Heureusement... "Alors, méfions-nous", vous répète ici, une victime devenue le dernier fautif ! Sorry !
 
 
            Notre Ami Belge, Jacques Crul, (et nouvel EuroCharolais à Liège) nous envoie ces 2 pages du grand quotidien "Le Soir". Le titre accroche la curiosité...  Cette actuelle Expo du KBR, le nouveau Musée Royal de Bruxelles qui présente des trésors de Bourgogne-en pays-du-Bénélux, n'accuse pas nos Grands Ducs... de s'être livrés à des abus de libations... Pas du tout, c'est très sérieux. Lisez attentivement les textes. Nous ajoutons l'image agrandie de la page de ces Chroniques du Hainaut... Car elle correspond à la Faïence artistique de l'Hôtel de Ville de Charolles. Mais la couleur de sa vêture n'est pas la même ! Rouge, chez nous, par souci esthétique... Philippe le Bon fut toujours de noir vêtu après l'assassinat de son père. Mais du noir élégant, riche, précieux, voire "festif" ou presque ...
 
            Et la lecture attentive des 2 pages du "Soir" vous apprendra qui fut Christine de Pizan, la première écrivaine "en français" ... qui était Vénitienne...
 
            On sait que notre petit Charolais historique, reste le bailliage le plus "abolitionniste de l'esclavage"... Alors, nous sommes sensibles au geste récent de la Maire de Paris, Anne Hidalgo... Lisez le petit article et faites-le connaître puisque le silence de la presse est fort étonnant...
 
            Nous reviendrons bientôt, à "notre" Jeanne Barret, la 1° femme à avoir accompli un tour du monde complet. "Notre" puisqu'elle résidait à Toulon sur Arroux quand elle suivit le médecin-botaniste Philibert Commerçon.
 
 
                                                                                                                        Bonne semaine à toutes et à tous.        F.L.  Coordinateur des EuroCharolais.
 
Vous avez la parole.
Les RASED sont plus que jamais nécessaires à l’école
 


La reprise des cours, chacun l’affirme, doit permettre de ramener vers l’école les élèves en situation de décrochage scolaire, les élèves fragiles et ceux qui ont été le plus affectés par la période du confinement.

Nous avons très tôt alerté le président de la République sur les inégalités scolaires qui se creusaient avec le confinement ; nous réitérons aujourd’hui notre alerte pour qu’elles ne perdurent pas à la reprise des cours.

Dans ce contexte inédit de remédiation scolaire pour nombreux élèves, les personnels RASED sont un maillon indispensable aux côtés des enseignants. Il n’est pas possible que l’institution scolaire se prive des compétences spécifiques et complémentaires de ces professionnels pour accompagner, écouter et aider les élèves lorsqu’ils reprennent le chemin de l’école. Les besoins en poste RASED existaient avant la crise sanitaire, ils n’ont pas disparu à la reprise des cours, bien au contraire.

Nous demandons au ministre de l’Éducation nationale de déclarer un moratoire immédiat sur les fermetures de postes en RASED et de recevoir les membres du collectif national pour déterminer avec eux les renforts nécessaires dès la rentrée prochaine.

Le Parti socialiste présentera prochainement ses propositions pour « l’école de la reprise ».


Yannick Trigance, secrétaire national à l'Éducation et l'Enseignement supérieur

Vous avez la parole.

L'Hymne à la Joie de Beethoven

 

Je viens de recevoir ce petit film.

Je veux absolument vous en faire profiter !

amitiés à tous

 

Ne perds pas une seule image jusqu'à la fin, c'est un poème de lumière, de sons, d'images et de couleurs.

Ceux qui ont réalisé cette vidéo sont des artistes de grande sensibilité.

(Gilles Laupin)

Vous avez la parole.

Envoyez-nous vos commentaires:

(christian.desbrosses@laposte.net) ou (c_desbrosses51@aol.com)

Vous avez la parole.

LE MONDE QUI MARCHAIT SUR LA TÊTE EST EN TRAIN DE REMETTRE SES IDÉES A L’ENDROIT (Par Coline Serreau réalisatrice de « Trois hommes et un couffin », mais aussi de films visionnaires, écolos, humanistes et généreux comme « La belle verte ou La crise ».)

Le gouvernement gère l'épidémie comme il peut… mais les postures guerrières sont souvent inefficaces en face des forces de la nature. Les virus sont des êtres puissants, capables de modifier notre génome, traitons-les sinon avec respect, du moins avec modestie.

Apprenons à survivre parmi eux, à s'en protéger en faisant vivre l'espèce humaine dans des conditions sanitaires optimales qui renforcent son immunité et lui donnent le pouvoir d'affronter sans dommage les microbes et virus dont nous sommes de toute façon entourés massivement, car nous vivons dans la grande soupe cosmique où tout le monde doit avoir sa place. La guerre contre les virus sera toujours perdue, mais l'équilibre entre nos vies et la leur peut être gagné si nous renforçons notre système immunitaire par un mode de vie non mortifère.

Dans cette crise, ce qui est stupéfiant c’est la rapidité avec laquelle l'intelligence collective et populaire se manifeste. En quelques jours, les français ont établi des rites de remerciement massivement suivis, un des plus beaux gestes politiques que la France ait connus et qui prolonge les grèves contre la réforme des retraites et l'action des gilets jaunes en criant haut et fort qui et quoi sont importants dans nos vies. Dans notre pays, ceux qui assurent les fonctions essentielles, celles qui font tenir debout une société sont sous-payés, méprisés. Les aides-soignantes, les infirmières et infirmiers, les médecins qui travaillent dans les hôpitaux publics, le personnel des écoles, les instituteurs, les professeurs, les chercheurs, touchent des salaires de misère tandis que des jeunes crétins arrogants sont payés des millions d'euros par mois pour mettre un ballon dans un filet.

Dans notre monde le mot paysan est une insulte, mais des gens qui se nomment "exploitants agricoles" reçoivent des centaines de milliers d'euros pour faire mourir notre terre, nos corps et notre environnement tandis que l'industrie chimique prospère.

Et voilà que le petit virus remet les pendules à l'heure, voilà qu'aux fenêtres, un peuple confiné hurle son respect, son amour, sa reconnaissance pour les vrais soldats de notre époque, ceux qui sont prêts à donner leur vie pour sauver la nôtre alors que depuis des décennies les gouvernements successifs se sont acharnés à démanteler nos systèmes de santé et d'éducation, alors que les lobbies règnent en maîtres et arrosent les politiques avec le fric de la corruption.

Nous manquons d'argent pour équiper nos hôpitaux, mais bon sang, prenons l'argent où il se trouve, que les GAFA payent leurs impôts, qu'ils reversent à la société au minimum la moitié de leurs revenus. Car après tout, comment l'ont-ils gagné cet argent ? Ils l'ont gagné parce qu'il y a des peuples qui forment des nations, équipées de rues, d'autoroutes, de trains, d'égouts, d'électricité, d'eau courante, d'écoles, d'hôpitaux, de stades, et j'en passe, parce que la collectivité a payé tout cela de ses deniers, et c’est grâce à toutes ces infrastructures que ces entreprises peuvent faire des profits. Donc ils doivent payer leurs impôts et rendre aux peuples ce qui leur est dû. Il faudra probablement aussi revoir la question de la dette qui nous ruine en enrichissant les marchés financiers.

Au cours des siècles passés les rois de France ont très régulièrement décidé d'annuler la dette publique, de remettre les compteurs à zéro. Je ne vois pas comment à la sortie de cette crise, quand les comptes en banque des petites gens seront vides, quand les entreprises ne pourront plus payer leurs employés qui ne pourront plus payer les loyers, l'électricité, le gaz, la nourriture, comment le gouvernement pourra continuer à gaspiller 90% de son budget à rembourser une dette qui ne profite qu'aux banquiers. J'espère que le peuple se lèvera et réclamera son dû, à savoir exigera que la richesse de la France, produite par le peuple soit redistribuée au peuple et non pas à la finance internationale. Et si les autres pays font aussi défaut de leur dette envers nous, il faudra relocaliser, produire de nouveau chez nous, se contenter de nos ressources, qui sont immenses, et détricoter une partie de la mondialisation qui n'a fait que nous appauvrir.

Et le peuple l'a si bien compris qu'il crie tous les soirs son respect pour ceux qui soignent, pour la fonction soignante, celle des mères, des femmes et des hommes qui font passer l'humain avant le fric. Ne nous y trompons pas, il n'y aura pas de retour en arrière après cette crise. Parce que malgré cette souffrance, malgré ces deuils terribles qui frappent tant de familles, malgré ce confinement dont les plus pauvres d'entre nous payent le plus lourd tribut, à savoir les jeunes, les personnes âgées isolées ou confinées dans les EHPAD, les familles nombreuses, coincés qu'ils sont en ville, souvent dans de toutes petites surfaces, malgré tout cela, le monde qui marchait sur la tête est en train de remettre ses idées à l'endroit.

Où sont les vraies valeurs ? Qu'est-ce qui est important dans nos vies ? Vivre virtuellement ? Manger des produits issus d'une terre martyrisée et qui empoisonnent nos corps ? Enrichir par notre travail ceux qui se prennent des bonus faramineux en gérant les licenciements ? Encaisser la violence sociale de ceux qui n'ont eu de cesse d'appauvrir le système de soin et nous donnent maintenant des leçons de solidarité ? Subir une médecine uniquement occupée à soigner les symptômes sans se soucier de prévention, qui bourre les gens de médicaments qui les tuent autant ou plus qu'ils ne les soignent ? Une médecine aux ordres des laboratoires pharmaceutiques ?

Alors que la seule médecine valable, c’est celle qui s'occupe de l'environnement sain des humains, qui proscrit tous les poisons, même s'ils rapportent gros. Pourquoi croyez-vous que ce virus qui atteint les poumons prospère si bien ? Parce que nos poumons sont malades de la pollution et que leur faiblesse offre un magnifique garde-manger aux virus. En agriculture, plus on cultive intensivement sur des dizaines d'hectares des plantes transformées génétiquement ou hybrides dans des terres malades, plus les prédateurs, ou pestes, les attaquent et s'en régalent, et plus il faut les arroser de pesticides pour qu'elles survivent, c’est un cercle vicieux qui ne peut mener qu'à des catastrophes.

Mais ne vous faites pas d'illusions, on traite les humains les plus humbles de la même façon que les plantes et les animaux martyrisés. Dans les grandes métropoles du monde entier, plus les gens sont entassés, mal nourris, respirent un air vicié qui affaiblit leurs poumons, plus les virus et autres "pestes" seront à l'aise et attaqueront leur point faible : leur système respiratoire. Cette épidémie, si l'on a l'intelligence d'en analyser l'origine et la manière de la contrer par la prévention plutôt que par le seul vaccin, pourrait faire comprendre aux politiques et surtout aux populations que seuls une alimentation et un environnement sains permettront de se défendre efficacement et à long terme contre les virus. Le confinement a aussi des conséquences mentales et sociétales importantes pour nous tous, soudain un certain nombre de choses que nous pensions vitales se révèlent futiles. Acheter toutes sortes d'objets, de vêtements, est impossible et cette impossibilité devient un bonus : d'abord en achetant moins on devient riches. Et comme on ne perd plus de temps en transports harassants et polluants, soudain on comprend combien ces transports nous détruisaient, combien l'entassement nous rendait agressifs, combien la haine et la méfiance dont on se blindait pour se préserver un vague espace vital, nous faisait du mal. On prend le temps de cuisiner au lieu de se gaver de junk-food, on se parle, on s'envoie des messages qui rivalisent de créativité et d'humour. Le télétravail se développe à toute vitesse, il permettra plus tard à un nombre croissant de gens de vivre et de travailler à la campagne, les mégapoles pourront se désengorger.

Pour ce qui est de la culture, les peuples nous enseignent des leçons magnifiques : la culture n'est ni un vecteur de vente, ni une usine à profits, ni la propriété d'une élite qui affirme sa supériorité, la culture est ce qui nous rassemble, nous console, nous permet de vivre et de partager nos émotions avec les autres humains. Quoi de pire qu'un confinement pour communiquer ? Et pourtant les italiens chantent aux balcons, on a vu des policiers offrir des sérénades à des villageois pour les réconforter, à Paris des rues entières organisent des concerts du soir, des lectures de poèmes, des manifestations de gratitude, c’est cela la vraie culture, la belle, la grande culture dont le monde a besoin, juste des voix qui chantent pour juguler la solitude.

C’est le contraire de la culture des officines gouvernementales qui ne se sont jamais préoccupées d'assouvir les besoins des populations, de leur offrir ce dont elles ont réellement besoin pour vivre, mais n'ont eu de cesse de conforter les élites, de mépriser toute manifestation culturelle qui plairait au bas peuple. En ce sens, l'annulation du festival de Cannes est une super bonne nouvelle. Après l'explosion en plein vol des Césars manipulés depuis des années par une mafia au fonctionnement opaque et antidémocratique, après les scandales des abus sexuels dans le cinéma, dont seulement une infime partie a été dévoilée, le festival de Cannes va lui aussi devoir faire des révisions déchirantes et se réinventer. Ce festival de Cannes qui déconne, ou festival des connes complices d'un système rongé par la phallocratie, par la corruption de l'industrie du luxe, où l'on expose complaisamment de la chair fraîche piquée sur des échasses, pauvres femmes portemanteaux manipulées par les marques, humiliées, angoissées à l’idée de ne pas assez plaire aux vieillards aux bras desquels elles sont accrochées comme des trophées, ce festival, mais venez-y en jeans troués et en baskets les filles, car c’est votre talent, vos qualités d'artiste qu'il faut y célébrer et non pas faire la course à qui sera la plus à poil, la plus pute !

Si les manifestations si généreuses, si émouvantes des peuples confinés pouvaient avoir une influence sur le futur de la culture ce serait un beau rêve !

Pour terminer, je voudrais adresser une parole de compassion aux nombreux malades et à leurs proches, et leur dire que du fin fond de nos maisons ou appartements, enfermés que nous sommes, nous ne cessons de penser à eux et de leur souhaiter de se rétablir. Je ne suis pas croyante, les prières m'ont toujours fait rire, mais voilà que je me prends à prier pour que tous ces gens guérissent. Cette prière ne remplacera jamais les soins de l'hôpital, le dévouement héroïque des soignants et une politique sanitaire digne de ce nom, mais c’est tout ce que je peux faire, alors je le fais, en espérant que les ondes transporteront mon message, nos messages, d'amour et d'espoir à ceux qui en ont besoin.

Coline Serreau

Vous avez la parole.

De Yves LEROUGE à DAME EDUCATION NATIONALE, s/c de DAME PRINCIPALE

35 ans dans le même établissement … une sédentarité géographique qui risquait d’engendrer monotonie et routine …heureusement, à cela, vous avez su opposer une grande itinérance pédagogique ; avec beaucoup de rigueur et de détermination, vous vous êtes employée à supprimer un à un les enseignements que je dispensais. Vous m’avez ainsi apporté, tout au long de ma carrière, variété et renouvellement. Finalement, j’aurai tout enseigné … sauf les langues … heureusement pour les élèves ! En début de carrière, afin de nous libérer de soucis matériels, vous nous apportiez aussi, à nous jeunes normaliens ( les « roupanards ») ignorants et innocents, le package sécurité : c’est ainsi que, sans trop savoir ni pourquoi ni comment nous nous retrouvions membres de la MAIF, de la MGEN, du SNI (secte nationale des instits) éventuellement de la MRIFEN, du GCU … etc … sans oublier le mode d’emploi, à savoir la bible de la vie d’instituteur, le fameux CODE SOLEIL grâce auquel nous apprenions comment nous comporter dans la classe, en société mais également dans l’intimité … c’est ainsi qu’il nous était entre autre fortement recommandé d’éviter tous ébats conjugaux les veilles de jours de classe !

… Adieu classes de fin d’étude (où j‘ai débuté en tant que normalien), adieu classes de transition, classes de 6e /5e P.A. (à programme allégé ) …tout ce que j’enseignais disparaissait … un moment, j’ai eu l’impression d’avoir un suivi ministériel individualisé !.

Dès lors, arriva la longue période d’une trentaine d’années où l’on allait nous demander d’enseigner ce pour quoi nous n’avions pas été formés ! …Qu’importe le contenu quand on a la pédagogie ! Des TME (travaux manuels éducatifs) nous passâmes à l’EMT (éducation manuelle et technique) suite sans doute au regard furtif dans un miroir d‘un ministre mal éveillé …et je devins comme par miracle cuisinier, couturier, menuisier, métallier mais aussi maçon, plombier, carreleur etc… La gougère bourguignonne n’allait alors plus avoir aucun secret pour moi ; je devins spécialiste du gant de cuisine matelassé réversible dans une maîtrise parfaite des machines à coudre Singer, Cosson ou Necchi ; en plomberie, je maîtrisai alors parfaitement la technique de réalisation du collet battu …bref, je devins « le monsieur qui savait tout faire », expression d’un élève répondant à la question d’Anne-Marie lors de son arrivée : « Qui est Mr Lerouge ? »

…Mes fiches pédagogiques commençaient-elles à jaunir ? Vous eûtes alors l’idée d’abandonner l’EMT pour la technologie rénovée. Adieu cuisinières, machines à coudre, établis, machines outils polyvalentes ! … le toutenhic arriva ! Informatique, électronique, mécanique, automatique …toutenhic presque Titanic…presque un naufrage … en tous cas une vraie galère pour de nombreux collègues !

Ainsi donc, comme pour me redonner une nouvelle jeunesse, vous me fîtes redevenir étudiant trois ans durant ; notre image se valorisa, une collègue de Lycée me dit d’ailleurs alors « Passer de l’EMT à l’informatique, c’est à croire que les profs de techno sont devenus intelligents !» …vint alors le temps de la programmation, principalement en langage Basic ( l’occasion pour moi de commercialiser un logiciel sur la dactylographie que j’avais mis des jours à réaliser ), programmation vite abandonnée quelques années plus tard pour le traitement de texte, le tableur, la base de données, internet etc…cours d’informatique pendant lesquels j’aurai si souvent entendu la phrase qui, en 2s, vous sabote un cours minutieusement préparé « M’sieur, ça march’ pas ! », vous détournant ainsi de la pédagogie pour la maintenance informatique ! ; … ce fut aussi le temps des circuits imprimés, l’époque où nous allions entre autres saturer le marché de l’attente téléphonique musicale - combien de grands-parents ont dû nous maudire en entendant sans arrêt les « love me tender » ou « oh when the saints » imposés par leurs petits enfants si fiers de leur production lors d’incessants appels téléphoniques . Par la suite, apparurent les trouvailles d’un ministre randonneur tout fier d’étrenner son GPS, à savoir les parcours diversifiés et itinéraires de découvertes … itinéraires de découvertes dont un, intitulé « énigmes et nombres », permit à 3 de nos élèves de découvrir la formule magique « viagra + viagra = orgasme » … délire de mathématiciens retraités sans doute, dont nous nous empressâmes avec ma collègue de vérifier la véracité … mathématique ! Vint également le temps du langage des abréviations pédagogiques : tel élève qui a un PAI est pris en ATP ou RAN afin de pouvoir assurer son PPRE, avec l’assistance d’une AVS voir d‘une AVE …ouf, on a évité l’AVC !.

Sans doute n’étais-je pas suffisamment rassasié puisque pendant trente cinq ans dont 27 en tant que responsable, j’allais encadrer les jolies colonies de vacances. …et puis, au collège, j’aurai fait vivre 10 ans la galerie de peinture (dans feu la salle à GRRRRadins), j’aurai assuré 15 ans les fonctions très lucratives de trésorier du FSE, j’aurai participé une bonne quinzaine d’années au conseil d’administration, à la fête des écoles le 1er mai à fontaine couverte sans compter d’autres petites occupations tels le projet « Des images plein les yeux », les voyages, l’encadrement de stagiaires de techno, les stages en entreprises (20 ans), le journal du collège (10 ans) … et tant de réunions dont la première au hit parade, annuellement incontournable et intemporelle, sur le poids des cartables !

…Aujourd’hui, je me suis soigné … cette boulimie éducative a trouvé son terme ; cette grande balade pédagogique quelque peu épuisante où certains élèves ont eu raison de mon capital énergie / patience, m’amène devant la pancarte RETRAITE ou plutôt, comme le disent les espagnols qui en ont bien saisi la finalité, JUBILACION !

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
les anciens comprendront...

1958-
Je suis instituteur, il gèle à pierre fendre, je jette des seaux d'eau dans la cour de récré pour que les élèves puissent faire des glissoires. Tout le monde est content ! On prolonge les récrés.
2018
Je suis directeur, la cour est verglacée, je demande aux ouvriers de l'école de jeter du sel de déneigement sur toute la cour.Tout le monde est content ! On abrège les récrés extérieures.

Vacances 

1958
Après avoir passé 15 jours de vacances en famille, en Bretagne, dans la caravane tractée par une 403 Peugeot, les vacances se terminent.
Le lendemain, tu repars au boulot, frais et dispos.

2018
Après 2 semaines à la Réunion et à l'Ile Maurice, obtenues à peu de frais grâce aux « bons vacances » du Comité d'Entreprise, tu rentres fatigué et excédé par 4 heures d'attente à l'aéroport, suivies de 12 heures de vol.
Au boulot, il te faut 1 semaine pour te remettre du décalage horaire !

Du lait, du beurre et des œufs 

1958
Tu vas chercher du lait chez le crémier, qui te dit bonjour, avec ton bidon en alu, et tu prends du beurre, fait avec du lait de vache, coupé à la motte. Puis tu demandes une douzaine et demi d'œufs qu'il sort d'un grand compotier en verre.
Tu paies avec le sourire de la crémière, et tu sors sous un grand soleil.
Le tout a demandé 10 minutes.

 
2018
Tu prends un caddie de merde dont une roue est coincée et qui le fait aller dans tous les sens sauf celui que tu veux.
Tu passes par la porte qui devrait tourner mais qui est arrêtée par ce qu'un benêt l'a poussée, puis tu cherches le rayon crémerie, où tu te les gèles, pour choisir parmi 12 marques le beurre qui devrait être fait à base de lait de la communauté. Enfin tu cherches la date limite...
Pour le lait :
Tu dois choisir avec des vitamines, bio, allégé, très allégé, nourrissons, enfants, malades ou mieux en promo avec la date dessus et la composition......
Pour les 12 œufs :
Tu cherches la date de la ponte, le nom de la société et surtout tu vérifies qu'ils ne soient pas fêlés ou cassés et paf !!! Tu te mets plein de jaune sur le pantalon !!!
Tu fais la queue à la caisse. La grosse dame devant toi a pris un article en promo qui n'a pas de code barre .. Alors tu attends, et tu attends .....,
Puis toujours avec ce foutu caddie de merde, tu sors pour chercher ton véhicule sous la pluie. Tu ne le retrouves pas car tu as oublié le N° de l'allée.........
Enfin après avoir chargé la voiture, il faut reporter l'engin pourri et là, tu vas t'apercevoir qu'il est impossible de récupérer ta pièce de 1euro .....
Tu reviens à ta voiture sous la pluie qui a redoublé.
Cela fait plus d'une heure que tu es parti.

Faire un voyage en avion
 
1958
Tu voyages dans un avion d'Air France. On te donne à manger et t'invite à boire ce que tu veux, le tout servi par de belles hôtesses de l'air, et ton siège est tellement large qu'on peut s'asseoir à deux.
 
2018
Tu entres dans l'avion en continuant d'attacher ton ceinturon qu'on t'a fait retirer à la douane, pour passer le contrôle.
Tu t'assoies sur ton siège et, si tu éternues un peu trop fort, tu mets un coup de coude à ton voisin.
Si tu as soif, le steward t'apporte la carte et les prix sont ahurissants.

Michel doit aller dans la forêt après la classe. Il montre son couteau à Jean avec lequel il pense se fabrique un lance-pierres

1958
Le directeur voit son couteau et lui demande où il l'a acheté pour aller s'en acheter un pareil.
 
2018
L'école ferme. On appelle la gendarmerie. On emmène Michel en préventive.
TF1 présente le cas aux informations en direct depuis la porte de l'école.

Discipline scolaire

1958
Tu fais une bêtise en classe. Le prof t'en colle deux. En arrivant chez toi, ton père t'en recolle deux autres.
 
2018
Tu fais une bêtise. Le prof te demande pardon.
Ton père t'achète une console de jeux et va casser la gueule au prof.!!!

Dominique et Marc se disputent. Ils se flanquent quelques coups de poing après la classe

1958
Les autres les encouragent, Marc gagne.
Ils se serrent la main et ils sont copains pour la vie.
 
2018
L'école ferme. FR3 proclame la violence scolaire, relayée par BFMTV et ITélé en boucle et TF1 au journal de 20 heures.
Le lendemain, Le Parisien et France Soir en font leur première page et écrivent 5 colonnes sur l'affaire.

Jean tombe pendant une course à pied. Il se blesse au genou et pleure.
Sa prof Jocelyne le rejoint, le prend dans ses bras pour le réconforter1958
En deux minutes Jean va beaucoup mieux et continue la course.

2018
Jocelyne est accusée de perversion sur mineur et se retrouve au chômage, elle écopera de 3 ans de prison avec sursis.
Jean va de thérapie en thérapie pendant 5 ans. Ses parents demandent des dommages et intérêts à l'école pour négligence, et à la prof pour traumatisme émotionnel. Ils gagnent les deux procès.
La prof, au chômage et endettée, se suicide en se jetant d'en haut d'un immeuble. Plus tard, Jean succombera à une overdose au fond d'un squat !!!
 
Arrive le dernier dimanche d’octobre

1958
Il ne se passe rien.

2018
C'est le jour du changement d'horaire : les gens souffrent d'insomnie et de dépression.

Comme dit l'autre: On vit une époque vraiment formidable !!!
Vous avez la parole.

Guy Bourguignon, normalien (promotion 55/57) est sociétaire de l'amicale. Comme d' autres amicalistes, amoureux de la mer, il nous a fait part, depuis l'an passé, de ce projet et demande à l'association

d'en faire la diffusion auprès de ses membres, de ses partenaires, du monde de l'Education Nationale.

Notre amicale a naturellement répondu à cet appel et souhaite que cette proposition

environnementale très concrète puisse recueillir

un large assentiment de nos collègues et publics, y compris au niveau de la SCIC (participation individuelle ou de l'amicale???)

Et n'oubliez pas de regarder la vidéo avec , à la clef, pourquoi pas un voyage scolaire, une sortie de

promotion, une conférence ici ou là !!!!

Fidèlement.

Jean-François Forest.

 

Le message de Guy Bourguignon:

Bonjour,

 

Suite à nos précédentes communications concernant le bateau Sea Explorer, je te fais parvenir la video ci-dessous qui apporte de plus amples explications.

 

Ce bateau réalisé dans le cadre d'une SCIC a une double mission : l'étude du milieu marin par les scientifiques et la sensibilisation d'un large public à ce milieu qui subit de lourdes agressions.

 

Tu peux faire toute l'utilisation qui te semble souhaitable de cette video.

 

Avec mes amicales pensées.

G.Bourguignon.

 

 

http://www.cap-news.fr/Videos/Decouvrez-le-Sea-Explorer

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
 Je vous propose avec son accord, cette étude faite par Mme Marthe Gueugnon, EuroCharolaise née à Charolles, qui a publié voici peu "Charolles, d'Hier et d'Aujourd'hui". Un aspect peu connu de la vie scolaire, parce qu'il fut éphémère (entre 1880... et 1900...). Cette recherche bien entendu centrée sur Charolles, pourrait en inciter d'autres en S&L...
 
            M.G et H.B, ont fait paraître cette étude sur le site AELC : site des Anciens Elèves du Lycée-Collège de Charolles.
 
 
                                                                                                                    A vous de lire.                 Bien cordialement.            F.L. Coordinateur des EuroCharolais.

Des oubliés de l'Histoire : les Bataillons scolaires

 

La défaite de 1870 est ressentie comme une humiliation nationale et le désir de vengeance est grand . Napoléon III et le Second Empire sont stigmatisés pour l'imprévoyance dont ils ont fait preuve en matière militaire .

En 1872, par loi, le service militaire est rendu obligatoire pour une période de un à cinq ans par tirage au sort - les soutiens de famille sont dispensés ainsi que les membres du clergé et de l'enseignement . Pour des raisons d'économie sa durée sera raccourcie . Pour ne pas nuire à la force de l'armée, est avancée l'idée d'une formation préalable à l'école .

En 1881, le Général FARRE Ministre de la Guerre explique :

L'Administration réticente n'empêche pas l'apparition des Bataillons scolaires .

Paul BERT (1833 Auxerre - 1886 Hanoï), médecin, physiologiste, homme politique, Ministre de l'Instruction Publique et des Cultes, un des pères fondateurs de l'école gratuite, laïque, obligatoire, exprime le caractère indispensable de cette préparation, au cours d'un banquet d'instituteurs :

" Nous voulons pour l'école des fusils, ....oui le

Vous avez la parole.

La ligue française de l'enseignement prend en main la cause nationale de l'éducation civique et militaire et Jean Macé déclare :

Vous avez la parole.

(Quelques initiatives locales avaient eu lieu avant) .

Un arrêté du 27 juillet 1882 fixe au jeudi et au dimanche les jours où pourront avoir lieu les exercices du bataillon, la durée étant déterminée par l'instructeur militaire en accord avec le directeur de l'école .

Le bataillon scolaire (dit scolo) est organisé militairement :

- port de l'uniforme, du béret marin -

- mini clairon, mini tambour, fifre -

- apprentissage et utilisation du fusil -

- défilé avec chant patriotique .

L'encadrement est mixte :

- un instituteur -

- un instructeur : sapeur-pompier, gendarme retraité, ancien sous- officier, sous-officier d'active détaché,

désigné par l'autorité militaire .

Le fusil utilisé pour les manoeuvres est une carabine inerte en bois, les cartouches sont à tir réduit . Les exercices se pratiquent souvent sour le préau où un support de cible est installé .

 

Chaque bataillon est constitué de 4 compagnies de 50 élèves recrutés dans plusieurs écoles de la commune . Il a son drapeau .

Ces "soldats" obtiennent des récompenses : médailles de vermeil, d'or, d'argent ou de bronze décernées par le Ministre de la Guerre .

 

L'expérience des Bataillons scolaires se termine en 1892 .

L'autorité militaire, jalouse de ses prérogatives, n'est pas spécialement favorable à l'institution de ces bataillons, les instructeurs ne sont pas toujours compétents, les frais à la charge des communes sont conséquents, les instituteurs sont de plus en plus réticents et les milieux catholiques y voient un moyen détourné de rendre difficile l'instruction religieuse (dimanche occupé par les exercices) .

Le constat est fait de l'inefficacité de la valeur éducative de cette institution, trop éloignée de la conscription . Et la Commission d'éducation militaire, par Blondel, résume ainsi la situation :

" C'est une institution à la fois puérile et dangereuse que sont les bataillons scolaires ...."

En 1886 on dénombre 146 bataillons, 19 départements (sur 87) ont un ou plusieurs bataillons, ce qui représente plus de 43000 élèves incorporés . Ça ne veut pas dire qu'il n'y a que ceux-ci .

Par les AD 71 et le "Musée de l'Ecole" à Montceau-les-Mines on a la preuve que des Bataillons scolaires ont existé en Saône-et-Loire .

On ne trouve pas d'archives concernant le Bataillon scolaire de Charolles . Mais ...

une "grand'mère" charollaise, née au début des années 1880, décédée à la fin des années 1960, se souvenait avoir vu défiler les "enfants-soldats" dans les rues de Charolles pour le 14 juillet, avoir assisté aux exercices de gymnastique et de tirs à la Promenade Saint-Nicolas, aux concerts donnés par la Fanfare .

Sa mémoire ne nous a jamais induit en erreur .

Une photo retrouvée : le Bataillon scolaire de Montcenis (71) .

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.

Les sociétés de tir scolaire ont permis d'utiliser les fusils des Bataillons scolaires qui avaient été financés en partie par les communes . Après 1918, on "trouve" : "ces armes seront cédées en grande partie aux forains, qui jusqu'à peu, les utiliseront dans leurs stands."

Ces bataillons scolaires défilaient au son de leur Fanfare . Il semble bien que les instruments de musique du Bataillon scolaire de Charolles aient été "récupérés" par le Collège et c'est sans doute la raison pour laquelle on trouve en 1902,

Vous avez la parole.

A noter : FOURNOT Omer Alexandre tué le 11/06/1917 en Serbie - couché sur le Monument aux Morts 1914-1918 Charolles -

On trouve la même configuration avec le Bataillon scolaire de Villefranche-sur-Saône et sa Fanfare en 1902 .

Les Bataillons scolaires étaient très appréciés de la population et ils participaient à tous les évènements de la commune .

On peut lire que lors de l'enterrement de Victor Hugo, en mai 1885 : ...."la garde du corps, confiée aux enfants des bataillons scolaires, était relevée toutes les demi-heures ..."

Dans un document "Les Bois de Saône-et-Loire en 1890" on peut lire :

 

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.

Depuis deux ou trois ans, on assiste à une "course" aux souvenirs des Bataillons scolaires, en particulier par les collectionneurs de fusils, d'assiettes de livres...et autres supports . Une façon de rappeler cet épisode injustement oublié .

Un de leurs chants, tiré d'un manuel de musique de 1886, paroles de H.Chantavoine, musique de Marmontel :

" A la Patrie nous donnerons dans dix ans une jeune armée aguerrie . Bataillons de l'Espérance, nous exerçons nos petits bras à venger l'honneur de la France."

 

Mais qui avait remarqué cette publicité du Petit Lu (on disait réclame) : l'enfant est un "petit soldat" d'un Bataillon scolaire avec sa cape et sa médaille ?

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Vous avez la parole.

APPEL DES LAÏQUES:

Pour le respect de la laïcité

C’est peu de dire que la laïcité va mal : malmenée, manipulée, vilipendée, on n’ose plus s’affirmer laïque par peur des amalgames et des contresens. Principe de paix, elle serait devenue sujet de discorde. Principe d’unité par-delà les différences, on lui assigne des fins identitaires. L’extrême-droite, de tradition pourtant anti-laïque depuis toujours, veut s’approprier le mot pour mieux distiller son venin xénophobe. Hier les juifs, les arabes, aujourd’hui les musulmans. On ne peut se réclamer de la laïcité quand on soutient les prières de rue quand il s’agit de l’église Sainte Rita mais qu’on les condamne quand elles se font aux abords des mosquées. On n’est pas laïque, quand on se fait le porte-parole des discours les plus réactionnaires du Vatican en appelant à la suppression du Planning familial. Non, l’Islam ne serait pas par nature plus hermétique aujourd’hui à la laïcité que ne l’était le culte catholique en 1905. La laïcité n’a pas à s’adapter à une religion, de même qu’aucun croyant ne peut réclamer de droits particuliers. La République est séparée des religions, elle n’a pas à organiser les cultes. Nous, militants laïques, par-delà parfois des divergences d’analyse, en appelons à la constitution d’un front commun autour des fondements de la laïcité républicaine, telle que définie par la loi de 1905. Être laïque, c’est reconnaître que l’État assure en même temps la liberté de conscience - croyant et non croyant - et le libre exercice des cultes. Être laïque, c’est affirmer que l’État ne doit reconnaître, salarier ou subventionner aucun culte. Par conséquent la République ne tranche pas parmi les cultes plus ou moins respectables : elle demeure indifférente dans la seule limite du respect de l’ordre public et des lois communes. Ses Elus et représentants doivent conserver cette neutralité dans leurs fonctions. La République ne juge personne selon ses croyances ou appartenances présumées. Elle accorde à l’Ecole publique la noble mission d’instruire les enfants : c’est par conséquent à elle que l’État doit accorder les fonds nécessaires aux défis que porte l’Ecole aujourd’hui. Nous, militants de la cause laïque, appelons à la plus grande vigilance contre toute tentative de détourner la laïcité de ses objectifs. En cette date anniversaire de la loi de 1905, nous en appelons au respect plein et entier de ses principes fondateurs. La laïcité organise l’espace public et donne sens à la citoyenneté républicaine qui garantit la démocratie. Ce n’est ni une police de la pensée, ni une option philosophique parmi d’autres valeurs particulières. La loi de 1905 est une loi de liberté qui permet toutes les autres libertés. Elle doit donc être préservée.

Pour soutenir cet Appel des Laïques, nous vous appelons à la contresigner massivement : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2016N49240

Vous avez la parole.

De Yves LEROUGE (promo 65-69)

"à DAME EDUCATION NATIONALE, s/c de DAME PRINCIPALE"

    35 ans dans le même établissement … une sédentarité géographique qui risquait d’engendrer monotonie et routine …heureusement, à cela, vous avez su opposer une grande itinérance pédagogique ; avec beaucoup de rigueur et de détermination, vous vous êtes employée à supprimer un à un les enseignements que je dispensais. Vous m’avez ainsi apporté, tout au long de ma carrière, variété et renouvellement. Finalement, j’aurai tout enseigné … sauf les langues … heureusement pour les élèves !

    En début de carrière, afin de nous libérer de soucis matériels, vous nous apportiez aussi, à nous jeunes normaliens (les « roupanards ») ignorants et innocents, le package sécurité : c’est ainsi que, sans trop savoir ni pourquoi ni comment nous nous retrouvions membres de la MAIF, de la MGEN, du SNI (secte nationale des instits) éventuellement de la MRIFEN, du GCU … etc … sans oublier le mode d’emploi, à savoir la bible de la vie d’instituteur, le fameux CODE SOLEIL grâce auquel nous apprenions comment nous comporter dans la classe, en société mais également dans l’intimité … c’est ainsi qu’il nous était entre autre fortement recommandé d’éviter tous ébats conjugaux les veilles de jours de classe ! …

    Adieu classes de fin d’étude (où j‘ai débuté en tant que normalien), adieu classes de transition, classes de 6e /5e P.A. (à programme allégé ) …tout ce que j’enseignais disparaissait … un moment, j’ai eu l’impression d’avoir un suivi ministériel individualisé !.

    Dès lors, arriva la longue période d’une trentaine d’années où l’on allait nous demander d’enseigner ce pour quoi nous n’avions pas été formés ! …Qu’importe le contenu quand on a la pédagogie !

    Des TME (travaux manuels éducatifs) nous passâmes à l’EMT (éducation manuelle et technique) suite sans doute au regard furtif dans un miroir d‘un ministre mal éveillé …et je devins comme par miracle cuisinier, couturier, menuisier, métallier mais aussi maçon, plombier, carreleur etc… La gougère bourguignonne n’allait alors plus avoir aucun secret pour moi ; je devins spécialiste du gant de cuisine matelassé réversible dans une maîtrise parfaite des machines à coudre Singer, Cosson ou Necchi ; en plomberie, je maîtrisai alors parfaitement la technique de réalisation du collet battu …bref, je devins « le monsieur qui savait tout faire », expression d’un élève répondant à la question d’Anne-Marie lors de son arrivée : « Qui est Mr Lerouge ? » …

    Mes fiches pédagogiques commençaient-elles à jaunir ? Vous eûtes alors l’idée d’abandonner l’EMT pour la technologie rénovée. Adieu cuisinières, machines à coudre, établis, machines outils polyvalentes ! … le toutenhic arriva ! Informatique, électronique, mécanique, automatique …toutenhic presque Titanic…presque un naufrage … en tous cas une vraie galère pour de nombreux collègues !

    Ainsi donc, comme pour me redonner une nouvelle jeunesse, vous me fîtes redevenir étudiant trois ans durant ; notre image se valorisa, une collègue de Lycée me dit d’ailleurs alors « Passer de l’EMT à l’informatique, c’est à croire que les profs de techno sont devenus intelligents !» …vint alors le temps de la programmation, principalement en langage Basic ( l’occasion pour moi de commercialiser un logiciel sur la dactylographie que j’avais mis des jours à réaliser ), programmation vite abandonnée quelques années plus tard pour le traitement de texte, le tableur, la base de données, internet etc…cours d’informatique pendant lesquels j’aurai si souvent entendu la phrase qui, en 2s, vous sabote un cours minutieusement préparé « M’sieur, ça march’ pas ! », vous détournant ainsi de la pédagogie pour la maintenance informatique ! ; … ce fut aussi le temps des circuits imprimés, l’époque où nous allions entre autres saturer le marché de l’attente téléphonique musicale - combien de grandsparents ont dû nous maudire en entendant sans arrêt les « love me tender » ou « oh when the saints » imposés par leurs petits enfants si fiers de leur production lors d’incessants appels téléphoniques .

    Par la suite, apparurent les trouvailles d’un ministre randonneur tout fier d’étrenner son GPS, à savoir les parcours diversifiés et itinéraires de découvertes … itinéraires de découvertes dont un, intitulé « énigmes et nombres », permit à 3 de nos élèves de découvrir la formule magique « viagra + viagra = orgasme » … délire de mathématiciens retraités sans doute, dont nous nous empressâmes avec ma collègue de vérifier la véracité … mathématique !

    Vint également le temps du langage des abréviations pédagogiques : tel élève qui a un PAI est pris en ATP ou RAN afin de pouvoir assurer son PPRE, avec l’assistance d’une AVS voir d‘une AVE …ouf, on a évité l’AVC !.

    Sans doute n’étais-je pas suffisamment rassasié puisque pendant trente cinq ans dont 27 en tant que responsable, j’allais encadrer les jolies colonies de vacances.

    …et puis, au collège, j’aurai fait vivre 10 ans la galerie de peinture (dans feu la salle à GRRRRadins), j’aurai assuré 15 ans les fonctions très lucratives de trésorier du FSE, j’aurai participé une bonne quinzaine d’années au conseil d’administration, à la fête des écoles le 1er mai à fontaine couverte sans compter d’autres petites occupations tels le projet « Des images plein les yeux », les voyages, l’encadrement de stagiaires de techno, les stages en entreprises (20 ans), le journal du collège (10 ans) … et tant de réunions dont la première au hit parade, annuellement incontournable et intemporelle, sur le poids des cartables ! …

    Aujourd’hui, je me suis soigné … cette boulimie éducative a trouvé son terme ; cette grande balade pédagogique quelque peu épuisante où certains élèves ont eu raison de mon capital énergie / patience, m’amène devant la pancarte RETRAITE ou plutôt, comme le disent les espagnols qui en ont bien saisi la finalité, JUBILACION !

Vous avez la parole.
Vous avez la parole.
Retour à l'accueil