des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

André Boulicault (promo 1950-1954)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Roland Cottin (promo 52-56) Dompierre-les-Ormes.

auteur d'un récit autobiographique: "Le Pocro"

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Daniel Debarnot (promo 68-73) Montceau-les-Mines.

auteur de plusieurs ouvrages: "Les Zélés Franc Maçons au Pays Noir>" (historique), "On a trouvé des Macchabées à la Grange du Belge", On a trouvé des Macchabées dans les Jardins de la Loge", "On a trouvé des Macchabées dans l'Etang du Calvaire" (polar bourguignon), "Cogitations et autres absurdités", "Histoire de France dessinécrite pour mes petits enfants" . Il collabore à Montceau-news sous le pseudo de VETERANE DAN.(Editions de l'Etançon))

Il vient de publier " Les Contes du Bourriquot céleste" (2018)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Son dernier livre "Le Macchabée entre messe et cochon"

Youenn Hawkins est né, il y a une soixantaine d’années en terres celtes, au Moulin Troyon, à Peumerit en Pays Bigouden.
Il est le descendant d’un concours de circonstances du XIX° siècle, entre un celte irlandais et une celte teutonne.
Après des études à Quimper, puis à Rennes, il devient fonctionnaire, et parcourt ainsi la Gaule moderne au gré des promotions et mutations, jusqu’à Montceau Les Mines où il rencontre Dan Debarnot.

Entre Messe et Cochon est le premier ouvrage auquel il participe comme co-auteur.

Disponible à l'espace culturel.

À l’instar des Trois Mousquetaires qui étaient quatre, voici le quatrième volet de la trilogie des Macchabées.

Nous sommes en pays manchot.

Tous les 15 août, une messe est célébrée dans la chapelle en ruine de l’ancien prieuré, sous l'impulsion du châtelain du coin, qui préside aux destinées d'une association pour la sauvegarde de l'édifice.

Après la messe, un apéritif est offert par la commune. S'ensuit un repas organisé par l'association autour d'un cochon tourne-broché.

Le châtelain introduit son discours, une pierre se détache d’un chapiteau et le passe de vie à trépas.

L'enquête conclue rapidement à un accident.

Mais une tribu improbable, épicuriens disciples de Bacchus, est intriguée par la chute de cette pierre. Juste à cet endroit. Juste à ce moment là...

Accident ou piège mortel ?

 

"Passant si tu cherches ici une homélie de Bossuet, je t'invite au rayon suivant. Mais sache qu'en ces pages, les âmes confondues de Rabelais et de Frédéric Dard vagabondent dans le jardin de Michel Audiard." (Daniel B. lecteur indispensable)

 

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Christian Desbrosses (promo 67-72)

gère de nombreux blogs dont:

Les Nouvelles-du-Val-d'Arroux (informations locales) 

https://www.les-nouvelles-du-val-d-arroux.com/infodelasemaine/

Histoire du cyclisme en Bourgogne (1870-2009) 

http://multichoses.over-blog.com/

Dictionnaire des cyclistes bourguignons (1870-2020) 

http://cyclodico-bourgogne.over-blog.com/

Amicale de la Vie Normalienne et Professorale 71 

http://aaeenm.over-blog.com/2016/07/contenu-de-ce-blog.html

Vue de ma collection de gobelets recyclables

http://coll-gobs.over-blog.com/

Il lance un appel:

J'ai entrepris, il y a quelques temps déjà, la rédaction d'un dictionnaire de coureurs cyclistes bourguignons ou ayant porté les couleurs de clubs bourguignons.

 
Vous pouvez le consulter sur :
 
Si vous avez des renseignements, des photos, des coupures de journaux, si vous notez des erreurs (parfois dues à des homonymies) n'hésitez pas à me contacter.

Christian Desbrosses
c_desbrosses51@aol.fr

 

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Joël Feydel (promo 1968-1973)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Jean-Louis HIVERNAT (promo 65-67)-PRIX DU TERROIR 2016

 

ARRIMAGES,

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Pierre Lahaye (promo 55-59)

auteur de "Jean Laville, homme de convictions" (2007), "Neuvy-Grandchamp: la vie du Village à l'ombre du Clocher" (2014).

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Yves Lerouge (promo 65-70)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Personnage atypique répugnant à rester les deux pieds dans le même sabot, Yves Lerouge, le didactisme à fleur de peau appliqué à la technologie, a transcrit noir sur blanc son vécu professionnel de 1965 à 2008, dont trente-cinq ans (excusez du peu !) au collège public givrotin le Petit Prétan. Quelque 150 pages à la crédibilité avérée qui font œuvre utile. Interview pour info-chalon.com

De «Lettre à Dame Education nationale » à « Et si c’était à refaire » en passant par « Flash-back ou plutôt retour arrière », «l’Ecole normale », « Les classes de transition », « L’éducation manuelle et technique (E.M.T.), « La technologie » et « Les colonies de vacances », l’enseignant a ratissé large avec beaucoup d’à-propos, de traits d’esprit et un humour fortement teinté de « dédramatisation ». On y apprend beaucoup de choses et concomitamment ses saillies verbales s’évadent vers l’apesanteur. Le juste milieu qui siéra au plus grand nombre.     

 

Pourquoi avoir choisi cette thématique ?

« Je préfèrerais vous expliquer tout d’abord comment j’ai été amené à écrire ce livre. J’ai eu une carrière pleine d’obstacles, d’imprévus. Il a fallu sans cesse se réadapter. Après l’Ecole normale, j’ai opté pour les classes de transition. Tout se passait bien pour moi, sauf qu’au bout de sept ans d’enseignement, ces classes ont été supprimées. Il fallut alors opter pour un enseignement au niveau du collège, d’où le titre «Bienvenue chez les prof’s ». L’Education nationale proposa  l’éducation manuelle et technique avant que n’arrive l’ère informatique. En même temps que mon déroulement de carrière, ce livre est un témoignage historique sur l’arrivée de l’informatique au collège. Beaucoup de tâtonnements au début, nous naviguions dans l’inconnu. De la programmation (en basic surtout) au départ, pendant plusieurs années nous fumes chargés de faire connaître traitements de texte, tableurs, bases de données, et bien sûr internet…J’entends encore les remarques de certains élèves : « M’sieur, à quoi ça peut bien servir ? ». Bref, je me suis dit qu’il fallait que je témoigne de cette carrière à soubresauts ; j’avais besoin de raconter toutes les difficultés que l’on a pu avoir à s’adapter. J’ai bien sûr illustré ce livre de photos, d’anecdotes, pour en rendre la lecture plus agréable. » 

Ciblez-vous un type de lecteur ?

« Cela peut concerner tout public intéressé par l’éducation, enseignants ou non, de débutants à retraités, mais aussi parents d’élèves. Ce livre intéressera bien sûr mes anciens élèves et parents d’élèves du collège de Givry. Je pense que la lecture des six premières pages, de la 4ème de couverture et de la préface donnent le ton. »

Enseigner, un véritable sacerdoce ?

«Oui, pour moi enseigner a été une véritable vocation ; j’ai su très tôt dans ma jeunesse que je voulais exercer ce métier. »

Quelle signification a pour vous le vocable écrire ?

« Cela m’a permis de partager un vécu professionnel très particulier, véritable témoignage d’une période historique de l’Education nationale. »

Envisagez-vous une suite à « Bienvenue chez les prof’s », ou bien de pondre un nouvel écrit s’en écartant ? »

« Je n’envisage pas de donner une suite à ce livre, mais peut-être que d’autres souvenirs d’enfance, notamment sur Autun, pourraient venir compléter mon premier ouvrage « Cluny, bonheurs de jeunesse » (coécrit avec son frère Patrick NDLR)…Pour l’instant, aucun projet très précis. »

 

Pour s’offrir un voyage dans le temps

Le coût de l’ouvrage s’élève à 12,00 euros (ajouter 3,00 euros pour les frais de port). Les coordonnées de l’auteur, qui ne possède pas d’éditeur : y.lerouge@yahoo.fr  06.13.23.46.54 A noter qu’Yves Lerouge sera présent à Cluny au Salon des écritures (emplacement n°20) les samedi 21 et dimanche 22 septembre (http://journeesdesecrituresdecluny.fr/2019/07/01/gerard-vidal/) A l’issue de ce week-end les lecteurs potentiels (250 livres ont été imprimés) auront le loisir de l’acquérir à l’Office de tourisme de Cluny. Au moins dans un premier temps…

                                                             Propos recueillis par Michel Poiriault

                                                            poiriault.michel@wanadoo.fr     

 

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Dernière parution: "Bienvenue chez les profs" 1965-2008)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Annie et Gérard Louveton (promo 64-68)

Bénévole au sein des Amis du Cada, Annie Louveton travaille aux côtés des demandeurs d’asile. Pour leur venir en aide, elle a publié Les fêtes et les traditions des 4 coins du monde.

Elle a recueilli les témoignages de huit demandeurs d’asile d’Albanie, d’Iran ou encore d’Angola, qu’elle a remis en forme dans ce bel ouvrage. Mariage, naissance d’un enfant, Noël, nouvel an, on y découvre comment les événements importants sont célébrés de façon différente à travers la planète.

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Paul Meunier (promo 47-51) Couches-les-Mines

a publié en 2015, "Simples Poèmes pour enjoliver la vie".

                                               L’HIVER DES OISEAUX

Les grands arbres perdent, un à un, leurs manteaux verts

En doux abandon, il tombe des feuilles rousses.

Un pinson silencieux sautille sur la mousse.

Mais que deviennent tous les oiseaux en hiver ?



Certains, je le sais bien, vont par delà les mers

Où pendant nos frimas, le soleil éclabousse

Les élégants minarets de Fez et de Sousse.

Mais que font ceux qui partagent nos jours amers ?

 

Dans mon sapin, il en est que je crois entendre

Quand une pâle clarté se fait un peu tendre

Mireille leur donne des miettes et du saindoux.

 

Mais quand s’installe au pays la grande froidure

Ils trouvent, je l’espère, pour leur plumage doux

Des cagnards secrets et tièdes sous ma toiture.

 

PECHE EN HIVER

Dans la froide nuit d’hiver, le village dort.

Il tombe du clocher des notes cristallines

Le cadran de l’horloge à la teinte opaline

Sous la lune brille de ses aiguilles d’or.

 

Je passe emmitouflé et je gagne les bords

Des vives eaux grises qui courent et me fascinent

Et les rives floues sont frangées de glace fine

Le courant chante vers moi, tournoyant et fort.

 

En amont des marsaules une amorce de sang

Met en alerte de grands chevesnes gourmands

Très souvent, avec eux, la lutte est indécise.

 

Plaisirs de la pêche, triomphe de gamin

Quand il couche dans l’herbe ses plus belles prises

Et allume un grand feu pour réchauffer ses mains.

 

LE SOIR SUR LA LOIRE

Dans le val, l’été bat son plein.

La Loire alanguie sur les sables

Sous un grand ciel d’un bleu de lin

Coule en mille flots inlassables.

 

Au bord, un courant paresseux

Frôle les longues barques sombres.

Les chaînes fixées à des pieux

Cliquettent doucement dans l’ombre.

 

Les nuages de l’océan

Montent dans le grand soir qui tombe,

Accompagnés d’un faible vent

Où planent de blanches colombes.

 

Sur le vaste frisson des eaux

La lumière lentement baisse,

La brise berce les roseaux

Et passe comme une caresse.

SABLE DE LOIRE

 

Le rideau des peupliers frémissant d’oiseaux

Dresse des parallèles au-dessus des eaux vives

Son reflet s’y disloque au-dessous de la rive

Les vagues frisent et brillent autour de mon bateau

 

Le premier frisson du matin à fleur de peau

Avant l’éclat du jour, la nature est pensive

Dans ce friselis des eaux parfois il arrive

Qu’une grosse carpe saute dans les roseaux

 

Miroir enchanté des nuages et des bois

Le flot glisse et s’enfuit sous ma coque de noix 

Son chant mouillé se mêle au bruissement des arbres

 

Les saules penchent la tête vers le courant

Les pierres du gué ont une blancheur de marbre

Et ravi je marche dans les sables mouvants.

 

LA LOIRE EN ETE

 

Comme la vie n’est que perpétuelle mouvance

Il est un long fleuve auquel je dois oraison

Le grand ruban de Loire au travers des saisons

Sous le beau ciel du val a charmé mon enfance

 

Au matin, combien d’interminables errances,

Les pieds dans le sable doux, sans autre raison

Que d’atteindre l’île qui était ma maison

A l’heure où sur les gués brillants le poisson danse

 

De ce bateau chantant, j’étais le capitaine

Les peupliers vibraient comme mâts de misaine

Et j’allais, les yeux clos, vers de lointains pays.

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Maurice Riguet (1951-1955)

- Blanc et Noir, poèmes et autres nouvelles/

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Ceux qui ont écrit par le passé.

 

(ébauche de liste qui ne demande qu'à être complétée)

Badou Roger (promo 39-42) « «Cent soixante histoires liées au parler creusotin » 1993,

Balland René (promo 39-42) « Ces Biens au Soleil », « L'Urne aux Chimères »

Berger Robert (promo 31-34) « Montceau en cartes postales »

Roger Boeufgras alias Roger Denux (promo 15-18)

  • Cendres douloureuses (1921)
  • Sainte odeur de la vie (1924)
  • L'Aube sur les morts (1931)
  • Le Magister (1934)
  • Pour quelques-uns (1937)
  • Le Drame d’enseigner (1944)
  • Ces roses-ci (1947)
  • Six de mon village (1948)
  • Il pleut sur mon jardin (1960)
  • Le Vin du souvenir (1964)
  • Feuilles volantes (1965)
  • La Petite Capitale (1973 ou 1976)
  • La Terrible Course de Châteaubriand (1981)

Boutavant Rémy (promo 27-30) "Mémoire d'une vie, 1911-1979"

Bouvet Jean (professeur de 1922 à 1941) "Poèmes"

Fargeton Alphonse (promo 14-17) « Les Grandes Heures du Creusot et de la Terre de Montcenis » (1958) (illustrations de Raymond Rochette), « Les Grandes Heures du Creusot au temps des Schneider » (1977),

Flamand Pierre (promo 1926-1929) "Les Communautés Israélites", "Diaspora en Terre d'Islam"

Forest Jean (promo 23-26) " Au fil des Jours d'Automne" (sonnets)" 1964, "L'Emprise"

Griveau Léon (promo 15-18) « la concentration industrielle, naissance s'une grande industrie. Le Creusot », « Un exemple de concentration industrielle au XIX° siècle : Le Creusot-Montceau-les-Mines »

Petit Jean (promo 19-22) « Le Chant de mon enfance » (Ed. De l'Armançon)

Riguet Georges (promo 20-23)

  • Légendes et récits tunisiens, Larousse, Les Livres Roses, 1926
  • Le Creusot, Cité calomniée, Revue du Centre, 1930
  • Histoires de bêtes, éditions de l'École Émancipée, 1931-1932
  • Contes de l'Afrique du Nord, Larousse, Les Livres Roses, 1933
  • Contes de mon village, éditions de l'École Émancipée, 1933
  • Les Guerriers sans fureur, La Fenêtre Ouverte, 1943
  • Le Bazar aux Histoires, éditions du Cep Beaujolais, 1948
  • Les Histoires d'Antonin Muset, Bourrelier, 1953
  • Couleurs du temps (Prix des Poètes du Centre 1965)
  • L'Écharpe d'iris, Hachette, 1990 (Florilège du Grand Prix de Poésie de la Jeunesse)
  • Gens de Bourgogne, Anthologie, L'Amitié par le livre, 1993
  • Contes morvandiaux, Hérode, 2002
Poésie
  • Les Feux follets, Eugène Figuière, 1928
  • Croquis, Nevers, Imprimerie de la Jeune-Académie, 1929
  • Sérénades, Imprimerie Ouvrière, 1930
  • Chants nouveaux, Imprimerie Ouvrière, 1933
  • L'imagerie nuptiale, La Fenêtre Ouverte, 1935
  • Simples images, L'Action Intellectuelle, 1936
  • Images creusotines,Imprimerie Saint-Charles, 1946
  • L'Écureuil rouge (Prix Charles Vildrac 1947)
  • Les Chansons de l'Ouche-Fontaine, éditions du Cep Beaujolais, 1954
  • La Petite Muse, L'Eden du Ménestrel, 2000

Semet Roger (promo 27-30)

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.

Roger Semet est né le 23 août 1910 à Digoin.

Roupanard, c'est à dire élève-maître à l'école Normale de Mâcon (1927-1930), il est nommé instituteur à Iguerande, puis à Baron.

Mobilisé en 1939, il participe à la « drôle de guerre » et se retrouve à l'Oflag 28 où il restera 5 ans.

De retour à la vie civile, il enseigne à Viré, village dans lequel il deviendra directeur d'école, secrétaire de mairie, animateur à l'Amicale Laïque, metteur en scène au théâtre, pianiste, conférencier et journaliste.

Ecrivant pour le Progrès et divers journaux locaux, il fut aussi chroniqueur au Canard Enchaîné;

 

« Puisque la plupart du temps, on ne peut changer ni l'homme, ni les événements, mieux vaut en rire » Fidèle à cette pensée, Roger semet avait une certaine propension à la dérision et à l'autodérision.

Il écrivit plusieurs romans:

« la Chasse aux Coquecigrues » (1959), « Le Corsage à Brandebourg » (1965), « la Bouite » (1967), « Contes pour une déserteuse » (1968), Le Temps des Canalous (1972), « Les Bateliers français de la Volga » (1973), « Le Onzième Commandement » (1975). Chaque roman évoquait un part de sa vie : l'instituteur, l'enfance, la détention en Allemagne, les rivages de la Loire, etc...

En 1976, ce sont les "Argyronètes" qui sortent, quelques mois après sa mort (11 juin 1975). Son ami, son frère de plume du "Progrès", Bernard Frangin rendra un hommage à Roger Semet dont le dernier ouvrage avait été préfacé par l'historien Henri Guillemin. Un ouvrage édité par Fernand Nicolas. 
 

C'est encore Bernard Frangin, qui quelques années plus tard rendra un hommage vibrant et émouvant à Roger Semet, lors de l'inauguration de la place de Viré, en mémoire du romancier-chroniqueur.

 

Roger Semet, conteur mais aussi poéte. Il rédigea en 1959, l'hymne de la cave coopérative et contribua au jumelage avec la commune libre parisienne de "Montmartre". 

Un collège à son nom à Digoin. Ce personnage d'un esprit sarcastique, d'un humour décapant et d'une profonde tendresse n'est donc pas oublié. 

Un site internet est dédié à la personnalité de M.Roger Semet : www;roger-semet.com. 

 

des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
des Normaliens et Normaliennes qui écrivent.
Retour à l'accueil